Conseils pour bien choisir son bois de chauffage

Depuis la nuit des temps, l’homme utilise le bois pour se réchauffer. Si vous disposez d’une cheminée ou d’un insert chez vous, il est fort possible que vous soyez à la recherche d’un bois de chauffage de qualité.

Néanmoins, face au large choix qui existe sur le marché, cela peut être plus difficile que prévu de trouver celui qui vous convient.

Les différents types de bois de chauffage

Il existe plusieurs types de bois de chauffage adaptés à des usages différents. Pour faire le bon choix, il est nécessaire de connaître les propriétés de chaque type. Vous pouvez en savoir plus en vous rendant sur www.bois-brazeco.com.

Les feuillus durs

Ce type de bois est connu pour être le plus adapté au chauffage au bois domestique. En effet, il présente la particularité d’être plus dense et de fournir plus de chaleur, ce qui aide la poêle à bois à être plus efficace.

Les fibres de feuillus durs étant assez denses, la combustion prend plus de temps que pour les autres. Par conséquent, la consommation en bûches est minime et la nécessité de recharger la poêle est réduite. Cela va forcément vous faire faire des économies sur vos stocks.

On retrouve les feuillus durs dans plusieurs sortes de bois bûches, tels que le chêne, le hêtre, le frêne et le charme. Bien qu’ils prennent du temps pour sécher et s’enflammer, ces derniers donnent des braises rayonnantes et durables.

Toutefois, lorsque l’on vise une qualité supérieure, il est recommandé de miser sur des bois au fort pouvoir calorifique, à savoir : le chêne, le hêtre et le charme.

Les feuillus tendres

Si vous êtes à la recherche de bois pour démarrer un feu, les feuillus tendres sont le choix idéal. Malgré le fait qu’ils soient moins calorifiques que les feuillus durs, ils ont cette particularité de flamber en toute vitesse.

Bouleau, platane, ou peuplier, les feuillus tendres sont connus pour sécher en très peu de temps. Cela dit, ils ont aussi tendance à se dégrader rapidement lorsqu’ils ne sont pas correctement stockés. Ils ne sont donc pas souvent utilisés comme bois de chauffage.

Les résineux

Si vous désirez chauffer votre habitat rapidement, les bois résineux vous conviendront parfaitement. Il s’agit principalement du pin, du sapin et de l’épicéa. Comme leur nom l’indique, ces bois sont riches en résine, ce qui explique leur flambée rapide.

Cela dit, une fois enflammé, le bois résineux projette généralement de petites escarbilles. Bien qu’ils soient minuscules, ces fragments peuvent parfois abîmer le sol et même enflammer une matière sensible.

Afin d’éviter ce genre d’incident, il est impératif de protéger le sol à l’aide d’une plaque protectrice.

Le pourcentage d’humidité : un critère important pour un choix de qualité

Outre le type d’essence, le taux d’humidité est un élément à ne pas négliger. Effectivement, l’humidité du bois influence directement la qualité du combustible, ainsi que son apport en chaleur.

Il existe trois catégories d’humidité répondant chacune à des besoins différents. Par exemple, le bois sec correspond à un pourcentage de moins de 23 % d’humidité, avec un pouvoir calorifique élevé.

Le bois semi-sec, quant à lui, se caractérise par un taux d’humidité variant entre 23 % et 35 %, avec un pouvoir calorifique moyen. Enfin, le bois vert comprend un taux d’humidité de plus de 35 % mais une chaleur de combustion qui est très faible.

Il faut aussi savoir que plus le bois est humide, plus il perd ses capacités énergétiques. En effet, la quantité d’eau évaporée permet à la bûche de dégager de la chaleur et de s’enflammer rapidement. Cela lui confère une capacité à brûler totalement, sans émettre de la fumée ou de la cendre. On obtient donc un meilleur rendement et très peu de déchets.

C’est d’ailleurs pour cela que le bois sec est celui que l’on recommande le plus. Certains utilisent également des granulés de bois dont le pourcentage d’humidité est inférieur à 10 %.

Quel type de bois convient à votre appareil ?

Avant de commander votre bois, il est important que vous sachiez ce que vous comptez en faire. Par ailleurs, il faut savoir que chaque essence est plus ou moins adaptée à certains appareils de chauffage.

Par exemple, si vous disposez d’une cheminée ouverte, votre priorité sera d’éviter les projections dans la pièce. Pour ce faire, deux options s’offrent à vous : le charme ou le chêne.

Ces essences vous conviendront également si vous avez une poêle à bois. Sinon, vous pouvez aussi opter pour le châtaignier, tandis que le chêne et le charme sont surtout adaptés aux chaudières.

Où et quand commander votre bois ?

Comme il est interdit d’aller ramasser du bois en forêt, la plupart achètent leur bois de chauffage chez des propriétaires forestiers ou des professionnels qui en vendent. Il est d’ailleurs important de se diriger vers un prestataire sérieux qui informe bien sa clientèle sur les combustibles qu’il propose.

De préférence, privilégiez du bois certifié PEFC. Il s’agit d’une certification forestière qui vous garantit que le produit acheté est issu de sources responsables. Cela concerne la gestion durable de la forêt, mais aussi le processus de transformation géré par l’entreprise.

De plus, en achetant du bois PEFC, vous sélectionnez un produit de qualité supérieure provenant d’une chaîne de production correctement effectuée.

Afin de connaître le taux d’humidité du bois commandé, il faut absolument acheter du bois labellisé. Par exemple, vous pouvez opter pour du bois bûche.

Bien que les prix baissent souvent à l’approche de l’hiver, cette période reste à éviter. La période la plus propice pour acheter du bois de chauffage est le début du printemps. À ce moment-là, la montée de sève n’a pas encore lieu. Il ne faut pas non plus oublier que le bois est vendu au volume et non pas au poids.

Comment stocker votre bois ?

Le stockage du bois est une étape cruciale dans votre processus de chauffage. Si vous souhaitez le maintenir sec le plus longtemps possible, il faudra le stocker dans un endroit assez ventilé.

Si cela est possible, laissez votre bois dans un abri à un taux d’humidité variant entre 15 et 20 %. Au-delà de 40 %, celui-ci perdra la moitié de ses propriétés chauffantes.

Notez aussi qu’il existe des abris spécifiques où l’on peut stocker du bois, avec des degrés d’humidité qui sont classés en plusieurs catégories. Par exemple, pour du bois H1, le pourcentage d’humidité doit être inférieur à 20 %. Bien entendu, vous pouvez aussi le conserver au garage pendant l’été.

Enfin, afin que le bois soit bien aéré, ne serrez pas les bûches entre elles. Laissez l’air circuler en les surélevant de quelques centimètres du sol et ne les laissez jamais dans la cave.